Mise à disposition du contenu de mes pages selon les termes de la «Licence Creative Commons Attribution» *** Pas d´Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International (CC BY-NC-ND 4.0) *** *** NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International (CC BY-NC-ND 4.0) ***
Mise à disposition du contenu de mes pages selon les termes de la «Licence Creative Commons Attribution» *** Pas d´Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International (CC BY-NC-ND 4.0) *** *** NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International (CC BY-NC-ND 4.0) ***
Veuillez cliquer ici pour accéder à mon RSS FEED
Veuillez cliquer ici pour m´envoyer un message avec vos remarques!
Haut de page
Retour sur la page d´accueil de mon site - OUVRE UNE NOUVELLE FENÊTRE)
Yvonne LEFÉBURE, un portrait fait par Bernard Pascucci en 1963
Paul PARAY, lieu, date et photographe inconnus

Robert SCHUMANN
Concerto pour piano an la mineur, op. 54
Yvonne LEFÉBURE
Orchestre Philharmonique de l'ORTF
Paul PARAY
18-19 mars 1970, Studio 104 de l'ORTF

Robert Schumann composa trois oeuvres pour piano et orchestre: en 1841, à Leipzig, il écrivit une „Fantaisie pour piano et orchestre“ qu'il révisa à Dresden, en 1845, pour en faire le premier mouvement du Concerto pour piano et orchestre en la mineur, opus 54, en lui ajoutant deux autres mouvements. L'„Introduction et Allegro appassionato“, opus 92, fut composé en 1849, à Dresden, et l'„Introduction et Allegro de concert“, opus 134, en 1853 à Düsseldorf: ce sont deux ouvrages que l'on pourrait presque prendre pour des concertos pour piano en un seul mouvement. À elles trois, ces oeuvres reflètent les différentes influences et périodes de la vie créatrice de Robert Schumann: Leipzig, Dresden et Düsseldorf. Les deux dernières ne sont que peu souvent jouées, peut-être parce qu'elles sont difficiles, le soliste doit beaucoup travailler pour maîtriser tous leurs détails compliqués et complexes.

Le Concerto pour piano de Schumann ne fut donc pas concu au départ comme une oeuvre en trois mouvements. Le premier mouvement, dans une large mesure, est la Fantaisie pour piano et orchestre que Schumann écrivit en 1841. À cette époque, une brève oeuvre concertante était toutefois difficile à vendre, et elle ne trouva pas d'éditeur. En 1845, quand vint le moment de composer un concerto, Schumann travailla donc à rebours: il écrivit d’abord le rondo final, puis un «Intermezzo» de liaison pour le relier à la Fantaisie déjà écrite, maintenant rebaptisée «Allegro affettuoso». Dans son ensemble, c’est une oeuvre superbement ouvragée, avec les deuxième et troisième mouvements qui émergent du premier comme si cela avait été prévu ainsi depuis le début.

On retrouve une influence de Schubert dans le thème du concerto: en 1840, année du mariage de Clara et Robert Schumann et de la composition d'un grand nombre de Lieder, Schumann assista à la première audition de la „Grande“ Symphonie en ut majeur de Franz Schubert, sous la direction de Felix Mendelssohn. L'oeuvre lui fit un tel effet qu'il retourne au moins quatre fois l'écouter.

Akio Mayeda sur la genèse du concerto: "[...] Aussi n'y a-t-il rien de surprenant à ce que sa 1re Symphonie (elle aussi donnée en première audition par Mendelssohn) s'inspire du motif d'accompagnement confié aux cors chez Schubert. Néanmoins, le rapport subtil entre le thème principal du Concerto pour piano de Schumann et le motif des cors de Schubert est longtemps passé inaperçu. Si l'on prend les six notes qui constituent le motif en tierces de Schubert à l'envers, on obtient l'esquisse du thème du concerto

«Tous mes idéaux y trouvaient leur réalisation» . Un autre idéal, incarné par Clara, se cache sous les quatre premières notes du motif descendant do, si bécarre, la, la, représentées par les lettres «c-h-a-a» dans la notation musicale allemande qui constitue un anagramme typiquement schumannien. Ces quatre notes, énoncées si tendrement avec leurs deux «a» (la) en derniers, épellent musicalement le nom Chiara, dont nous savons, grâce à «Chiarina», douzième pièce du Carnaval op. 9, qu'il constitue le nom de code de Schumann pour Clara. Le principal thème du premier mouvement tient exactement dans cette succession de notes! Toutes les figures thématiques de ce mouvement commencent par le motif en tierces, puis sont développées de manière variée, mais toujours avec un phrasé plein de tendresse. La constante reste, d'un bout à l'autre, le motif Clara.

De ce motif est né l'un des chefs d'oeuvre du répertoire concertant. À quoi tient la séduction universelle de ce concerto? On a beaucoup écrit à ce sujet, mais il y a une chose à ne pas oublier: tous les mouvements de ce concerto sont en fait emplis d'un réel et véritable amour. Leur secret est celui de l'art de Schumann en général qui tient à la manière extraordinaire dont il parvient à incorporer dans la structure musicale elle-même ses expériences personnelles.

En rétrospective, cet idéal, après des années d'expectative, permet à la musique de s'épanouir grâce à l'amour réciproque de Robert et de Clara. C'est ainsi qu'il puise non seulement dans l'émotion personnelle mais dans la force même qui pousse à la perfection absolue. Sans Clara, Schumann n'aurait pu atteindre son but. En effet, Clara était plus qu'une épouse: comme le démontre cet exemple, elle était la camarade dans la lutte pour accéder à la hauteur des symphonies de Beethoven et de Schubert ainsi que, tel qu'indiqué plus haut, dans celle pour rivaliser avec Schubert dans les figures fondamentales de mélodie.
[...]" Cité d'un texte de Akio Mayeda, Professeur de Musicologie de l'Université d'Heidelberg et rédacteur en chef de l'édition complète des oeuvres de Robert Schumann, traduction de Françoise Le Brun, publié dans le livret du CD SK 64577 de Sony (Murray Perahia, piano, Orchestre Philharmonique de Berlin, Claudio Abbado)


Les 18 et 19 mars 1970 - dans le cadre d'une émission de l'ORTF intitulée „Les problèmes de l'interprétation du concerto de Schumann“ -, Paul PARAY dirigeait l'Or­che­stre Phil­har­monique de l'Office de radiodiffusion-télévision française (ORTF), avec cette oeuvre en focus et Yvonne LEFÉBURE en soliste: elle avait accepté d'enregistrer cette émission à la condition que ce soit Paul PARAY qui dirige Orchestre Phil­har­monique de l'ORTF: tous deux se connaissaient de longue date, ayant déjà beaucoup joué ensemble dans les années d'entre-deux-guerres.

À noter que furent enregistrées dans la foulée, le 19 mars 1970, également dans le Studio 104 de l'ORTF mais en concert public: la suite de Pelléas et Mélisande de Gabriel Fauré et la Symphonie classique de Prokofjew.

Voici donc...

Robert Schumann, Concerto pour piano an la mineur, op. 54, Yvonne Lefébure, Orchestre Philharmonique de l'ORTF, Paul Paray, 18-19 mars 1970, Studio 104 de l'ORTF

   1. Allegro affettuoso - Andante espressivo      14:43 (-> 14:43)
   2. Intermezzo. Andantino - attaca               04:50 (-> 19:33)
   3. Allegro vivace                               11:05 (-> 30:38)

Provenance: Radiodiffusion, archives ORTF resp. INA

que vous pouvez obtenir en...

pour un téléchargement libre

3 fichier(s) FLAC et 1 fichier PDF dans 1 fichier ZIP