Mise à disposition du contenu de mes pages selon les termes de la «Licence Creative Commons Attribution» *** Pas d´Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International (CC BY-NC-ND 4.0) *** *** NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International (CC BY-NC-ND 4.0) ***
Mise à disposition du contenu de mes pages selon les termes de la «Licence Creative Commons Attribution» *** Pas d´Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International (CC BY-NC-ND 4.0) *** *** NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International (CC BY-NC-ND 4.0) ***
Veuillez cliquer ici pour accéder à mon RSS FEED
Veuillez cliquer ici pour m´envoyer un message avec vos remarques!
Haut de page
Retour sur la page d´accueil de mon site - OUVRE UNE NOUVELLE FENÊTRE)
Recto de la pochette du disque EMI 1C 063-02 078
Verso de la pochette du disque EMI 1C 063-02 078
Richard STRAUSS, un portrait fait par Yousuf KARSH publié sur la pochette du disque Bristol B 406

Richard STRAUSS
Sonatine No 1 en fa majeur pour seize instruments à vent, TrV 288, «Aus der Werkstatt des Invaliden»
Ensemble à vent de l'Orchestre Symphonique de Londres
Gervase de PEYER
20 et 21 nov. 1969, EMI Studio No 1, Abbey Road, London

Richard Strauss commença d'écrire la Sonatine No 1 pour seize instruments à vent - sous-titrée «Aus der Werkstatt des Invaliden» - en février 1943, et la termina le 22 juillet suivant (ainsi qu'indiqué dans la partition autographe et dans une lettre à son ami Willi Schuh du 22 juillet 1943), pendant une période de convalescence après une grippe (d’où ce sous-titre «De l’atelier d’un invalide»). Elle fut donnée en première audition le 18 juin 1944, par le «Tonkünstlerverein» de Dresden - que Strauss tenait en très haute estime - sous la direction de Karl Elmendorff.

Une courte description citée des notes rédigées par Jeremy Barham, traduction d'Elisabeth Rhodes, publiées en 1997 dans le livret du CD Hyperion CDA66731:

"[...] Le premier mouvement (le deuxième en fait à avoir été écrit) abonde en thèmes et en motifs. (Strauss fit un jour la remarque à Stefan Zweig que, s’il ne semblait pouvoir composer qu’en utilisant des thèmes courts, il avait un talent incomparable pour les adapter et les développer.) Aucun de ces thèmes n’est sans doute plus straussien que celui qu’on entend dans le passage d’introduction — morceau de chromatisme distinctif qui gagne en importance au cours du mouvement. Le deuxième sujet consiste en une série de solos lyriques pour divers instruments. Le contraste entre ceux-ci et le thème principal déterminé (introduit hardiment à l’unisson par hautbois, deux clarinettes, cor et basson) ne saurait être plus marqué. Strauss traite ici la forme d’une façon sensiblement différente de ses oeuvres antérieures. La claire segmentation de la musique est remplacée par un déroulement et un développement d’idées fluides et extrêmement intégrés, parsemés des ravissantes glissades harmoniques si typiques de la maturité du compositeur.

La Romance et Menuet (le premier mouvement à avoir été écrit) offre un répit après toute cette énergie. Il y a un équilibre exquis entre la simplicité de son contenu mélodique (basé sur l’idée triadique initiale introduite par le basson) et la sophistication du vocabulaire harmonique de Strauss. Après la brève interruption du Menuet en ré mineur et majeur, le mouvement se termine comme il a commencé.

Le Finale manifeste lui aussi beaucoup d’invention et de flair. Un motif principal pétillant en forme de fanfare, une idée de transition homophonique grandiose bâtie sur un rythme d’hémiole, et un groupe d’idées subsidiaires plus sobre avec accompagnement staccato se disputent la vedette dans l’argument musical. Comme pour tromper notre attente, Strauss insère un nouvel épisode en accords (Poco tranquillo) au moment où il semble nous préparer à un développement traditionnel. Le traitement fugato du motif principal qui suit, et une vaste conclusion (Presto) poursuivant une fougueuse exploration d’idées, sont la manifestation supplémentaire d’une ingéniosité formelle irrépressible.
[...]"

Au cours de l'été 1969, le fraîchement formé Ensemble à vent du «London Symphony Orchestra (LSO)» (LSO Wind Ensemble) donna ses débuts au Festival international de Daytona Beach, sous la direction de Gervase de PEYER, qui fut lui-même première clarinette du LSO de 1956 à 1973. Lors de ses débuts londoniens en novembre 1969, l'ensemble interpréta la Sonate en fa majeur pour 16 vents et la Suite en si bémol majeur pour 13 vents de Richard Strauss, oeuvres qu'ils enregistrèrent dans la foulée pour le disque.
Voici donc...

Richard Strauss, Sonatine No 1 en fa majeur pour seize instruments à vent, TrV 288, «Aus der Werkstatt des Invaliden», Ensemble à vent de l'Orchestre Symphonique de Londres, Gervase de Peyer, 20-21- novembre 1969, EMI Studio No 1, Abbey Road, London

   1. Allegro moderato                                   11:03 (-> 11:03)
   2. Romanze: Andante - Menuett: Tempo di Menuetto      09:42 (-> 20:45)
   3. Finale. Molto Allegro                              12:46 (-> 33:31)

Provenance: EMI 1C 063-02 078

que vous pouvez obtenir en...

pour un téléchargement libre

3 fichier(s) FLAC et 1 fichier PDF dans 1 fichier ZIP